EDITORIAL
Le Cahier
des aînés
d'Amay

 
TOUS LES ARTICLES
Cliquez ici !




Coordination
Anne Timmermans

Adresse de contact
nadineschelstraete@skynet.be



Un site développé avec

 

L’hygiène


24 Le coupe-chou

Pour se raser, nos arrière-grands-pères employaient uniquement le coupe-chou très affûté. La vigilance était de mise pour ne pas se couper ! L’art de le manier était impossible à maîtriser en trois jours. Les hommes se rendaient régulièrement chez le barbier pour s’y raser et certains prenaient même un abonnement. Ce type de rasoir présentait un avantage : il ne laissait absolument aucune chance aux poils. Le coupe-chou procure tout simplement le meilleur rasage possible et rend la peau (...)

Pour lire la suite, cliquez ici !

22 La fontaine

Récipient à pied ou fixé au mur, à couvercle et à robinet, associé à une vasque. (Il servait autrefois aux usages domestiques. On en a fait en métal, en faïence, en porcelaine.) Aujourd’hui, dans nos pays, il suffit d’ouvrir un robinet pour que l’eau jaillisse Encore au début de 20ème siècle dans les villes, environ un tiers des maisons n’avaient pas l’eau. Dans les maisons, l’eau ne courait pas dans les tuyaux jusqu’aux robinets aussi les gens gardaient leur réserve d’eau dans une fontaine Quand elle (...)

Pour lire la suite, cliquez ici !

27 Le vase de nuit

Le pot de chambre, appelé aussi vase de nuit, est l’ancêtre des toilettes actuelles. Il était destiné à recueillir les déjections humaines la nuit, afin d’éviter de sortir de la chambre. Couramment utilisé avant l’installation des sanitaires, il disparaît progressivement au cours du xxe siècle. Aujourd’hui, il reste un moyen utilisé pour les enfants en bas âge. Il est aussi d’usage pour les malades ne pouvant quitter leur lit. Lire la suite (...)

Pour lire la suite, cliquez ici !

Le W.C.

Les toilettes. Pendant longtemps, le W.C. sera à l’extérieur de la maison. C’est pour cette raison que dans la table de nuit de la chambre à coucher se trouvait le vase de nuit émaillé ou en faïence. Parfois, un seau émaillé garni d’un couvercle. Le WC. à l’extérieur, oui, les aînés s’en souviennent ! Quand il fait bon, pas de problème pour sortir mais quand il pleut, il faut se protéger de la pluie et filer à toute vitesse jusqu’à l’endroit ad hoc. On y reste juste le temps qu’il faut ! Cela ne sent (...)

Pour lire la suite, cliquez ici !

L’eau courante

Aujourd’hui, dans nos pays, il suffit d’ouvrir un robinet pour que l’eau jaillisse ! Encore au début de 20ème siècle dans les villes, environ un tiers des maisons n’avaient pas l’eau. A la campagne, elles étaient encore plus nombreuses. Mme Massuyr (1917) se souvient : « J’habitais le Thier Poncelet (Ampsin). Pour avoir de l’eau, il fallait aller à la source. Pour y arriver, descendre 40 marches. J’allais chercher l’eau avec une « phalange » (un harquais) qui supportait deux seaux d’eau et souvent (...)

Pour lire la suite, cliquez ici !